Depuis 1979, le Forum Economique Mondial publie chaque année le Rapport sur la Compétitivité Mondiale. L’édition 2020, intitulée «  Comment les pays évoluent sur la voie de la reprise  » n’établit pas un classement comme il est de coutume, en raison des difficultés de certains pays et des organismes à fournir les données nécessaires du fait de la pandémie COVID- 19. Cependant, pour ceux des pays comme le Cameroun qui ont pu fournir les données, des sous-indices de certains piliers ont été calculés et des tendances ont été dégagées sur les performances réalisées depuis 2016.

Cette édition spéciale du Rapport sur la compétitivité mondiale fournit les éléments de base pour approfondir la réflexion sur trois aspects: les priorités qui ont émergé avant la crise sanitaire , les priorités qui sont essentielles pour la relance à court terme et les priorités qui sont nécessaires pour une transformation à long terme pour de meilleurs résultats sur la prospérité partagée et la durabilité à l’avenir . Huit (8) piliers sur les douze (12) généralement requis sont examinés cette année en raison de leurs rôles dans la mitigation des effets du COVID-19 et dans la transformation économique post-COVID, en l’occurrence: l es institutions; l es infrastructures;l e des dynamismes Entreprises; l une compétence; l une capacité d’innovation; l e marché du travail le marché financier et le marché des produits.

Le Rapport du Forum Economique Mondial de 2020, bien que n’offrant pas de comparaisons entre les économies cette année, fournit un cadre d’évaluation des politiques publiques en rapport avec la relance post COVID-19. A cet égard, les piliers évalués ci-dessus invitent à définir des priorités permettant d’envisager un redémarrage plus efficace du système économique national pour espérer une prospérité durable et inclusive au cours des prochaines années.

Au rang des actions à entreprendre pour améliorer les facteurs de la compétitivité et remettre l’économie sur un sentier de croissance durable, il y a:

  • La poursuite des efforts pour rendre l’environnement favorable au développement des entreprises innovantes;
  • Le développement des compétences pour répondre aux besoins économiques de demain;
  • La révision de l’écosystème d’innovation, la valorisation des résultats de la recherche et du développement, et la promotion de l’usage des technologies définies;

La densification quantitative et qualitative de l’offre infrastructurelle (routes, télécommunications, énergie, etc.)

COMMUNIQUE-DE-PRESSE-WEF.pdf